PALESTINE, AGIR POUR LA RÉSILIENCE

La Palestine traverse l’une des pires crises humanitaires de ces dernières décennies. Sur place, la population s’enlise chaque jour un peu plus dans la précarité. On estime qu’environ 2,45 millions de Palestiniens dépendent aujourd’hui de l’aide humanitaire pour vivre1, dont 900 000 en Cisjordanie et Jérusalem et 1,6 million à Gaza. Intervenant dans le pays depuis ses débuts, le SIF y mène des projets agissant pour la résilience des Palestiniens – notamment de sa jeunesse – et la survie de l’économie locale, en parallèle des opérations d’aide d’urgence.

© SIF

Parole d'expert

Xavier Nicolas,
Chef de mission Palestine

Comment avez-vous vécu les conflits à Jérusalem, qui se sont ensuite propagés dans le reste de la Cisjordanie et à Gaza ?

Pendant cette période, nous avons assisté à la pire escalade des hostilités depuis 2014. À Gaza, les conditions humanitaires déjà désastreuses ont empiré, notamment à la suite des nombreux décès de civils, dela destruction d’infrastructures et d’habitations, de la diminution critique de l’approvisionnement en services de base et des mouvements importants de population. Le contexte sécuritaire à Gaza est encore fragile aujourd’hui.

Comment avez-vous vécu les conflits à Jérusalem, qui se sont ensuite propagés dans le reste de la Cisjordanie, et à Gaza ?

Pendant cette période, nous avons assisté à la pire escalade des hostilités depuis 2014. À Gaza, les conditions humanitaires déjà désastreuses ont empiré, notamment à la suite des nombreux décès de civils, de la destruction d’infrastructures et d’habitations, de la diminution critique de l’approvisionnement en services de base et des mouvements importants de population. Le contexte sécuritaire à Gaza est encore fragile aujourd’hui.

Quelles ont été les actions des équipes sur place ?

Dès les premières heures du cessez-le-feu, les équipes du SIF étaient sur le terrain pour apporter de l’aide à 1 150 familles (soit environ 6 000 personnes) ayant perdu leur maison et ayant dû fuir. Des kits de cuisine et d’hygiène, des couvertures et des bâches pour protéger les toits des habitations leur ont été distribués.

Quelles sont les urgences sur place ?

Plus de 250 Palestiniens, dont des enfants et femmes, ont perdu la vie. Près de 2 000 Palestiniens ont été blessés, parmi lesquels certains pourraient souffrir d’un handicap de long terme nécessitant une rééducation. 15 000 logements, 58 infrastructures éducatives, 9 hôpitaux et 19 centres de soin, ont subi des dommages, de même que les infrastructures d’eau et d’hygiène. Les bombardements ont aggravé les problèmes récurrents de pénurie d’électricité, détériorant davantage l’accès à l’eau potable et au traitement des eaux usées, ainsi que des coupures de courant de 18/20 heures. Des centaines de milliers de personnes sont touchées.

Quelle est la priorité du SIF dans son intervention auprès des Palestiniens ?

La priorité du SIF est de venir en aide aux populations palestiniennes les plus vulnérables grâce à des programmes d’aide d’urgence, de développement et le parrainage d’orphelins. Nous mettons en œuvre de nombreux projets d’accès à l’eau et l’hygiène, à la sécurité alimentaire, à la protection des personnes, à la réhabilitation, ainsi qu’à l’urgence et post-urgence, afin de combler les besoins immenses qui existent dans ces domaines.

Comment le SIF accompagne-t-il sur un plus long terme les Palestiniens ?

Le SIF développe divers programmes dans des domaines larges qui permettent de favoriser l’autonomie des populations palestiniennes. L’accès à l’eau et le développement des moyens financiers en font partie, grâce notamment aux activités génératrices de revenus, permises par la mise en place de partenariats stratégiques avec des organisations locales. S’investir localement est la clé pour favoriser l’essor et le développement de la société civile. Les interventions du SIF sur le terrain permettent de soulager et d’apporter un soutien aux Palestiniens les plus en difficulté, notamment les orphelins, les fermiers en situation précaire, les personnes ayant perdu leur habitation, ceux n’ayant pas un accès convenable à l’eau, ceux habitant dans des abris insalubres et, récemment, les personnes affectées par la COVID-19.

UNE SITUATION HUMANITAIRE ALARMANTE3

©SIF

AGIR DANS L’URGENCE

Entre le 10 et le 21 mai 2021, la Palestine a vécu la pire escalade militaire depuis 2014. Ces onze jours de bombardements ont paru durer une éternité pour la population. Cela aura coûté la vie à 256 Gazaouis, dont 66 enfants et 40 femmes. De nombreux dégâts matériels ont été dénombrés : plus de 18 000 habitations, de nombreuses installations d’eau, infrastructures éducatives, hôpitaux et centres médicaux ont été détruits ou endommagés.

Les rues ont été bombardées, les réseaux électriques et d’eau potable sont hors d’usage. Il y a aussi toutes les conséquences psychologiques, notamment pour les enfants. C’est la quatrième guerre en 13 ans. Les Gazaouis ont vraiment besoin de paix...

avait témoigné Adel Kaddum, notre Chef de mission adjoint, au début des hostilités.

Basé sur place, le SIF a débloqué immédiatement une aide de 500 000 euros pour agir rapidement auprès des victimes, notamment celles ayant dû fuir leur domicile. Dès l’annonce d’un cessez-le-feu, des distributions de couvertures, de kits d’hygiène ou encore de kits de cuisine ont été opérées par nos équipes, pour 6 000 bénéficiaires. De plus, à l’occasion de l’Aïd Al Adha, de la viande a été distribuée à près de 4 500 foyers démunis et familles d’orphelins parrainés par le SIF. Appuyé par le Centre de Crise et de Soutien du MEAE3, le SIF a aussi reconstitué ses stocks de contingence afin de pouvoir intervenir de manière instantanée auprès des Palestiniens, en cas de nouvelle crise nécessitant une intervention d’urgence. En parallèle, notre organisation s’est associée à la prise de position de la Coalition Éducation, dont elle est membre. Ensemble, nous avons condamné publiquement et fermement les dommages causés par les bombardements aux écoles et infrastructures civiles.

PARRAINER UN ORPHELIN PALESTINIEN, UNE SOURCE D’ESPOIR

La population palestinienne est frappée par une situation de crise qui dure depuis des années : restrictions de mouvements, chômage, accès insuffisant aux services de santé, à l’eau et à l’électricité, insécurité alimentaire grandissante, etc. Dans ce contexte difficile, le SIF, en plus d’apporter une aide aux Palestiniens pour améliorer leurs conditions de vie, accorde une importance majeure à l’accès à l’éducation des enfants. Il l’encourage car c’est l’une des clés pour soutenir la résilience de la population et lui permettre de gagner en autonomie. En apportant un soutien financier à 4 809 orphelins et à leur famille, nos généreux donateurs y contribuent de façon significative. Veiller à la santé et au bien-être des enfants est également primordial. Ainsi, un projet de soutien psychosocial a permis d’accompagner 964 enfants et jeunes orphelins ainsi que 542 femmes veuves de Gaza. Ils ont pu, au cours de différentes activités, apprendre à mieux gérer leur stress et à développer un mécanisme de résilience pour améliorer leur quotidien et envisager un meilleur avenir. Dans les prochains mois, le SIF s’est fixé comme objectif de parrainer encore plus d’orphelins palestiniens. Au nom de tous ceux qui ont été soutenus, qui le sont aujourd’hui et qui le seront prochainement, nous vous remercions chaleureusement pour votre appui et votre confiance.

(1) Sources : ACAPS, 2021 – (2) Sources infographie : ACAPS, Banque mondiale, Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Bureau de la coordination des affaires humanitaires, OCHA, Autorité palestinienne de l’eau (PWA), Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), Palestinian Central Bureau of Statistics (PCBS) – (3) Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Crédits photos : ©SIF

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin