PARRAINAGE SOUTENIR LES ORPHELINS ET LEUR COMMUNAUTÉ

Le SIF accorde une importance prépondérante à l’épanouissement des enfants. Grâce à son programme de parrainage et à l’engagement de marraines et parrains, notre ONG soutient sur le plan financier et psychologique des milliers d’orphelins à travers le monde. Celui-ci vise à s’assurer que leurs droits fondamentaux sont respectés, notamment celui d’aller à l’école. Le SIF met également en œuvre de plus en plus de projets annexes permettant d’améliorer les conditions de vie de l’entourage de l’enfant, pour l’accompagner de manière plus efficace et durable.

© SIF

Parole d'expert

Souleymane ABBA GANA,
Directeur du département des programmes et opérations à l’international

Quels besoins de l’enfant sont-ils couverts par le programme de parrainage du SIF ?
Un enfant a plusieurs besoins, encore plus importants dans un contexte difficile, et a fortiori quand il est orphelin : son éducation, ses dépenses de santé, ses besoins vitaux de base comme manger et boire… Le SIF l’aide à s’accomplir en tant qu’être humain en encourageant son éducation et en couvrant ses frais médicaux.
Le soutien financier apporté aide-t-il à soulager les tutrices ou tuteurs s’occupant de l’enfant?
Oui, bien sûr. Sur le terrain, on peut clairement le constater. Certains parents nous expliquent que la bourse que reçoit l’enfant permettant de couvrir ses besoins de base, le peu de revenus qu’ils arrivent à avoir par eux-mêmes leur permet de gérer les autres dépenses de la famille. Sans cela, ils auraient beaucoup de mal à joindre les deux bouts.
En quoi le programme de parrainage du SIF encourage-t-il l’éducation des enfants et la promotion de leur bien-être ?
Dans de nombreux cas, c’est le parrainage lui-même qui permet de garantir que l’enfant aille à l’école plutôt que de chercher du travail pour ramener un peu d’argent à sa famille, avec tous les risques que cela comporte. Verser une bourse à l’orphelin a donc un double bénéfice : lui offrir l’opportunité de suivre une scolarité normale, tout en le préservant de la rue et du travail des enfants.
Mais alors, de quelle manière l’aide apportée à l’orphelin et sa famille impacte-t-elle l’ensemble de sa communauté ?
De façon générale, un enfant qui devient ingénieur, médecin ou mécanicien, quelques années après avoir bénéficié d’un programme d’aide va, outre s’épanouir en tant qu’individu, soutenir à son tour sa famille et communauté. Voir de jeunes orphelins parvenir à s’en sortir malgré les conditions défavorables dans lesquelles ils ont dû évoluer est source de fierté et est un formidable exemple de résilience que l’on a envie de suivre. Mais indépendamment de cet aspect, le SIF s’est engagé à mener des projets complémentaires destinés à améliorer le quotidien des orphelins en intervenant également en faveur de leurs familles et plus largement de leurs communautés.

©SIF

SOUTENIR DURABLEMENT LE DÉVELOPPEMENT DES ENFANTS VULNÉRABLES

Le programme de parrainage d’orphelins est l’un des plus anciens du SIF. Il compte aujourd’hui près de                       10 000 enfants et jeunes parrainés dans une dizaine de pays. Que ce soit par le biais du parrainage individuel ou du parrainage participatif, ce programme vise à soutenir les orphelins afin de répondre à leurs besoins de base et leur assurer l’accès aux droits fondamentaux que sont l’éducation et la protection. Dans ce cadre, une bourse mensuelle leur permet notamment de s’alimenter, de se vêtir décemment, de couvrir les frais de scolarité et de pouvoir bénéficier de soutien scolaire pour les enfants en grande difficulté. Dans certains pays, comme à Madagascar ou au Sénégal, le parrainage couvre également les frais de santé de l’enfant par l’affiliation à une mutuelle ou encore à un fonds d’urgence médicale.

Chaque orphelin parrainé est suivi par un travailleur social afin d’identifier ses besoins spécifiques et vérifier que les bourses versées permettent bien de les couvrir. Les enfants qui en ont besoin bénéficient également d’un appui psycho social : bien souvent fragilisés et marqués par un contexte de vie difficile, ils sont très vulnérables. 

DÉVELOPPER DES ACTIVITÉS BÉNÉFIQUES À LA COMMUNAUTÉ

S’il apporte des bienfaits à l’orphelin, le programme de parrainage améliore également les conditions de vie de sa famille et son environnement. En plus de la prise en charge des enfants par le biais de la bourse mensuelle, le SIF développe des activités annexes et complémentaires au parrainage qui permettent par exemple de renforcer les capacités financières des familles, et donc la sécurité alimentaire de l’ensemble du foyer. Cela, tout en améliorant de façon plus globale leurs conditions de vie. Cet objectif est notamment permis par la mise en place d’activités génératrices de revenus (AGR), pour les tuteurs et tutrices des orphelins, qui consistent à les former et à soutenir la création d’activités lucratives: élevage, maraîchage, restauration, couture, petits commerces, etc. En plus de renforcer la situation financière des familles, cela favorise le développement de l’économie locale. L’impact positif du programme de parrainage sur l’entourage et la communauté de l’enfant est également permis par la formation et la sensibilisation à l’accompagnement des enfants et à l’hygiène. Récemment menées au Pakistan, en Palestine, à Madagascar, au Mali ou encore au Sénégal, ces actions visent à encourager l’échange de bonnes pratiques, au profit du plus grand nombre.

LES PROGRAMMES DE SOUTIENAUX ORPHELINS DU SIF

Sur l’année 2021, le SIF aura soutenu des milliers de bénéficiaires à travers le monde, dont plus de 9 500 enfants et jeunes orphelins,
grâce à son programme de parrainage.

1. MAROC

200

enfants
pris en charge par une bourse

2. SÉNÉGAL

près de 1 000

enfants
pris en charge par une bourse

près de 1 000

bénéficiaires
d’activités complémentaires

3. MALI

1 100

enfants
pris en charge par une bourse

plus de 1 300

bénéficiaires
d’activités complémentaires

4. MAGADASCAR

400

enfants
pris en charge par une bourse

5. SOMALIE

200

enfants
pris en charge par une bourse

200

bénéficiaires
d’activités complémentaires

6. KENYA

500

enfants
pris en charge par une bourse

500

bénéficiaires
d’activités complémentaires

7. PALESTINE

plus de 5 000

enfants
pris en charge par une bourse

100

bénéficiaires
d’activités complémentaires

8. LIBAN

150

enfants
pris en charge par une bourse

600

bénéficiaires
d’activités complémentaires

9. IRAK

300

enfants
pris en charge par une bourse

1 200

bénéficiaires
d’activités complémentaires

10. PAKISTAN

600

enfants
pris en charge par une bourse

800

bénéficiaires
d’activités complémentaires

Crédits photos : ©SIF

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin